Subscribed unsubscribe Subscribe Subscribe

「日本の反核運動はなぜ脆弱なのか」【Atlantico.fr】

フランスの老舗情報サイトAtlantico.frに、フクシマ原発事故を受けてのインタビューが掲載されました。
フランスでは、日本の政界と原発ロビーの関係の話が先行していますが、原発そのものが優れて社会的な意味を持つものであること、それゆえにフランスと無関係ではないことを強調しています。翻訳版は後日掲載します。(9月2日追記)

【見出し】
Face au nucléaire, les écolos japonais ont du mal à exister
Malgré les catastrophes nucléaires à répétition que le Japon a connu dans son histoire, aucun parti "vert" n'a su trouver sa place sur l'échiquier politique nippon. La catastrophe de Fukushima peut-elle changer les mentalités ?
原発危機に直面、しかし日本のエコロジー運動の存在は難しいまま」
日本で繰り返される原発危機にも係らず、日本政治の中で「緑の党」は存在します。「フクシマ」の後、人々の意識は変わるだろうか?

【見出し】
"Le Japon donne l'impression de ne pas avoir de réelle opposition au nucléaire..."
「日本は影響力ある反原発勢力を持ちえないようにみえる」

Damien Durand : Comment peut-on expliquer la très forte collusion, au Japon, entre l'industrie nucléaire et l'ensemble de la classe politique ?
ダミアン・デュラン(ジャーナリスト、以下DM):原発産業と日本の政治階級一般との間の癒着をどう見るか?

Toru Yoshida : Il faut comprendre que le nucléaire, au Japon comme ailleurs, est le résultat d'une coopération entre industriels et monde politique. En France et au Japon, l'énergie est même clairement une politique publique « étatiste », comme
l'ont été par exemple, dans l'archipel, l'automobile ou l'électronique. Les commentateurs économiques utilisent depuis longtemps la notion de « Japan Inc. » pour décrire la collaboration étroite entre ces différentes sphères.

Petit à petit cependant, les grands secteurs traditionnels au Japon ont dû renoncer à ce clientélisme, sous l'impact notamment des réformes libérales du Premier ministre Junichirô Koizumi (2001-2006). Des grandes entreprises, comme Mitsubishi, ont dû
s'ouvrir à la concurrence extérieure, la Poste a été privatisée... Mais le nucléaire a toujours été protégé, l'intérêt qu'il représente
étant considéré comme au-delà du clivage entre les partis politiques. Clientélisme et népotisme ont encore cours dans l'industrie
nucléaire, réunissant hommes politiques et experts sur les mêmes positions. Pour critiquer cette proximité néfaste, on utilise au
Japon la notion de genshiryoku-mura (« le village nucléaire ») qui résume bien la situation.

吉田:日本やそれ以外の国でも、原発は産業界と政界との協同作業によって進められてきたということを忘れてはいけない。フランスと同様、日本でも昔の自動車産業や家電のように、原発は「国家主義的」な政策によって誘導されてきた。ここから「株式会社ニッポン」というような表現も出てきた。

他方で、このような恩顧主義的な関係は少しずつ、とりわけ小泉政権下でのような自由主義的改革によって後退していった。郵政も民営化され、三菱といった重厚長大産業も国際競争に参加せざるを得なくなる。しかし、原発産業は、政治的対立を超えて庇護の対象になってきたゆえ、専門家と政治家を巻き込み形で恩顧主義やネポティズムが存続してきた。こうした状況から「原子力村」と称されるわけだ。

Le Japon donne l'impression de ne pas avoir de réelle opposition au nucléaire, du moins avant la catastrophe de Fukushima du 11 mars dernier. Pourquoi l'écologie politique était-elle si faible dans le pays ?
DM:日本では少なくとも3.11以前には有意反原発運動がなかったようにみえるが、どうしてエコロジー政党はここまで脆弱なのだろうか?

L'un des points notables de la vie politique japonaise, c'est l'absence d'un vrai parti écologiste au niveau national. Cela s'explique par la faiblesse historique des mouvements étudiants dans les années 60, contrairement en Europe, qui a empêché l'émergence
d'une écologie politique. L'autre raison était l'hégémonie dans l'opposition du Parti socialiste japonais (NDLR : qui s'est dissous
et a depuis donné naissance au Parti Démocrate du Japon, au pouvoir depuis 2009) qui parvenait toujours à un compromis sur lenucléaire avec le pouvoir en place, issu du Parti libéral démocrate (au pouvoir quasiment sans interruption de 1955 à 2009). Il n'y avait donc pas vraiment de débat politique sur le nucléaire entre les deux grands partis, aucune opposition ne pouvait donc émerger.

Les choses ont commencé à bouger après l'accident de Tchernobyl, puis également en 2002 après la mort d'un ouvrier sous-traitant dans une centrale nucléaire de Tepco. Mais l'opinion publique s'intéressait plus aux questions de la collusion entre industriels et politiques, qu'aux problèmes écologiques de la politique énergétique japonaise.

吉田:確かに、日本政治の大きな特徴のひとつは、国政レベルでの「緑の党」の不在にある。これは、ヨーロッパと比較した場合、60年代の学生運動の脆弱さに求めることもできるだろう。もうひとつは、自民党と半ばもたれ合いの立場にあった社会党が野党陣営のヘゲモニーを独占していたことにある。既存の大政党の間で原子力に関して暗黙の了解があったのならば、有意エコロジー勢力が出てくるはずもなかった。

もちろん、特にチェルノブイリ以降、そして2002年の臨界事故以降、状況は変わってきた。しかしここでも世論はむしろ電力業界と政界の癒着問題を非難するだけで、エネルギー政策全体に目が向くことはなかった。

Mais comment expliquer que les Japonais, deux fois bombardés à Hiroshima et Nagasaki, ne soient pas naturellement hostiles au nucléaire ?
DM:しかし、ヒロシマナガサキと原爆を落とされた国民がなぜ原子力に敵対的でなかったのか?

Pour répondre à cette question, il faut comprendre la place de la technologie et de l'innovation dans le Japon de l'après-guerre. Leprogrès technique était synonyme de paix et de prospérité dans un pays qui traversait une période difficile de privations.
Moderniser le pays, y compris en le dotant de réacteurs nucléaires, ne pouvait être que facteur de pacifisme.

Le manga Tetsuwan-atomu (NDLR : « Astro, le petit robot » en français) d'Osamu Tezuka, très populaire au Japon, illustre bien cette relation entre progrès et paix. Une autre raison de la tolérance des Japonais, c'est l'exceptionnel travail de
communication réalisé par les industriels sur l'image des centrales « sans faille » qui a, à la longue, rassuré les
Japonais. Ce qui a bien sûr été une grande erreur et, je l'espère, une bonne leçon à tirer pour l'avenir.

吉田:この不思議を理解するためには、技術と技術革新が戦後日本で持った意味を理解しないとならない。欠乏した社会において、技術進歩こそが豊かさ、すなわち平和を達成するための手段だったからだ。国を近代化すること、場合によっては原発を自前で持つこと、これは平和主義に翻訳されてきた。

日本ではみなが知っている「鉄腕アトム」はこの技術進歩と平和主義の関係を象徴している。他にも、反対運動から原子力の安全性を過度に強調し過ぎたという面もある。これは反省の対象としなければならない。

Depuis le 11 mars dernier, comment la classe politique et l'opinion publique se sont-elles repositionnées sur la question ?
Le Premier ministre Naoto Kan, semble vouloir amorcer un retrait du nucléaire. Volonté sincère ou écran de fumée ?
DM:3.11以降、原発の問題について政治家と世論の考えは変わってきたのだろうか?菅首相脱原発宣言は、本気か、まやかしか?

Je pense qu'il est trop tôt pour juger, même si la population japonaise est très remontée contre Tepco et l'administration, ce qui
laisse entrevoir une profonde restructuration du secteur. Mais la classe dirigeante est divisée.

Le Premier ministre essaie de renverser une situation très défavorable pour lui en adoptant une position critique contre le
nucléaire. Mais les gens perçoivent cela comme une manœuvre, d'autant que sa proposition de « sortir graduellement du nucléaire sur le long terme » ne veut concrètement pas dire grand chose.

Personnellement, et malgré mon opinion (le milieu « intellectuel » est presque unanime pour sortir de l'atome), je pense que l'on restera dans une optique de « plus grande sûreté nucléaire », mais toujours avec des centrales. Ce n'est même pas une question de lobbying des grands groupes, ou d'immobilisme de la classe politique, c'est juste un point d'équilibre structurel de la société japonaise.

吉田:判断するのは早計だが、世論がエネルギー行政と東電に対して大いに批判的になり、セクターの大きな改革は避けられないことは事実だ。しかし、政治家の意見は収斂していない。

菅首相(当時)の脱原発宣言は、自らの不利な立場を逆転しようとして出てきた面もある。世論もそのように判断しており、そもそも、将来的な原発を減らしていくというのは、何ら具体的プランを伴っているものでもない。

個人的には残念だが、原発は維持されたまま、より安全な原子炉を、という均衡に落ち着くと思う。これはロビーイングや政治家の怠慢というよりは、日本社会の構造的な均衡点だからだ。

Un mouvement citoyen écologiste de grande ampleur, voire un parti, peut-il émerger suite à cette crise ?
DM:大きなエコロジー運動、あるいは政党というのは今後出てくるだろうか?

La faiblesse des manifestations et de la participation au Japon sont là aussi des caractéristiques typiques de la vie politique nippone. Organiser un nouveau parti et surtout obtenir des sièges est très difficile dans le cadre des institutions actuelles. Mais un vrai mouvement populaire contre Tepco commence à émerger. Les « préfets » (NDLR : le Japon est divisé en 47 « préfectures ») qui sont élus au suffrage universel direct peuvent également agir sur le débat, ce qui est déjà le cas aujourd'hui, mais leur portée au niveau national restera forcément limitée.

吉田:日本のもうひとつの特徴はデモといった直接的な政治参加の低さだ。現在の政治制度のもとでは新たな政党を結成し、議席を得るのも難しい。東電に対する批判運動を利用して、とりわけ各県の知事たちが議論に参加し始めるということもあるだろう。しかし、その影響力も限定されている。

Les évènements du 11 mars 2011 pourraient-ils amorcer une période de déclin politique ou économique irréversible au Japon ?
DM:3.11は、日本の政治的、経済的退潮につながるだろうか?

Malgré l'impact économique, les pires conséquences sont au niveau politique, avec une défiance totale des Japonais vis-à-vis leurs dirigeants, aggravée depuis le 11 mars. L'alternance de 2009 avait fait naître beaucoup d'espoirs, mais le Parti démocrate du Japon a complètement échoué à saisir ces opportunités. Le Parti libéral-démocrate, lui, ne semble pas en position de récupérer cette
confiance perdue. Il y a donc au Japon une vraie possibilité d'émergence d'un mouvement populiste.

On parle beaucoup au Japon du déclin du Portugal au XVIIIè siècle après un événement similaire (NDLR : le 1er novembre 1755, un séisme suivi d'un tsunami ont détruit la ville de Lisbonne, tué entre 50 000 et 100 000 personnes, et amorcé la fin de « l'âge d'or » du Portugal comme grande puissance). Peut-être que le séisme a fait en sorte que les Japonais reconnaissent enfin clairement et consciemment leur déclin à venir, mais le plus dur sera de le vivre.

吉田:経済的影響だけでなく、3.11はすでに深刻な状況にあった政治指導者に対する信頼の欠如をますます悪化させた。2009年の政権交代は多くの希望を生んだが、民主党はそのチャンスを活かすことに失敗してしまった。自民党も政治に対する信頼を取り戻せるわけではない。ここからポピュリスト的な政治が生まれやすくなっている。

日本の今を18世紀ポルトガルの状況と比較することがある。震災が日本人が自らの没落の自覚を明確にしたことは間違いない。問題は、それをいかに耐え忍んでいくか、だ。

___________________________________________
Interview réalisée par Damien Durand, reporter indépendant, spécialisé dans les questions politiques et sociales en Asie de l'Est
東アジア政治社会を専門にするフリージャーナリスト、ダミアン・デュランによるインタビュー

Remove all ads